Il veut créer sa microbrasserie

Laurent Depecker s’investit depuis des mois pour concrétiser ce projet

Quand on a une idée il faut oser se lancer. Laurent Depecker en est la parfaite illustration. Son projet à lui : créer une microbrasserie. Une idée qui lui est venue lors d’un moment, convivial. “J’étais en train de boire, une bière avec des copains, et je me suis dit “pourquoi ne pas en faire moi-même ? “J’ai essayé des recettes, en amateur, puis je me suis auto-formé pour avoir la plus grande régularité”, confie le Grand-Fort-Philippois de 37 ans. Quant aux choix du breuvage, la raison est simple : “Au cours de mes voyages, j’ai dégusté plusieurs sortes de bière. Et j’ai eu envie d’en créer.” Ce qu’il a fait.

FRUITÉES ET ÉPICÉES
Dans sa cuisine, équipé d’une marmite, Laurent fabrique ses quatre bières : une blonde “plus ou moins standard” (6,5°C), une bière de Noël (7,5°C) et deux spéciales fruitées et épicées (5°C-6°C). “Je voulais proposer un produit unique, original”, sourit Laurent. Et pour y avoir goûté, on peut vous certifier que ça l’est. “On arrive à faire de belles choses quand même dans une cuisine !”

Côté production, il sort 10 à 12 000 litres par an. Son objectif : atteindre les 20 000 litres par an d’ici trois ans. “C’est un petit chiffre, car j’ai un objectif local”, explique le brasseur.

Et pour se développer, il n’a pas d’autre solution que de créer sa microbrasserie. Un projet sur lequel il est “bien avancé”, notamment après avoir suivi un mois de formation avec BGE Flandre Création. Les bons commentaires sur sa page Facebook “Projet de microbrasserie sur Grand-Fort-Philippe” et les retombées positives n’ont fait que confirmer son envie. Reste maintenant à trouver un local. “C’est ce qui me bloque pour l’instant…”

UN LOCAL DE 150 M²
Alors, où Laurent pourrait-il s’installer à Grand-Fort-Philippe ? Il est en négociation pour un site, mais pour l’instant, ça coince. Le brasseur recherche un local de 150 m² minimum. “Il me faut une salle de stockage à chaud, une autre à froid, une cuisine, des bureaux, un point de vente, un autre pour la dégustation …” De son côté, la Municipalité l’aide à trouver le parfait emplacement – qu’il aimerait idéalement ouvrir en novembre prochain. “J’ai un très bon soutien de la Ville, reconnaît Laurent. Elle fait tout pour que je m’installe ici.” Car des microbrasseries, il n’y en a pas des tonnes aux alentours. Bray-Dunes, Bergues, Licques sont les plus proches. Ces micro-entreprises plaisent toujours aux municipalités, surtout en Flandre. Si le chef d’entreprise ne trouve pas d’endroit près de chez lui, il n’hésitera pas à s’implanter dans la commune voisine, Gravelines.

QUATRE BIÈRES, QUATRE CAPSULES COLORÉES
Pour que sa clientèle, de plus en plus nombreuse, arrive à bien distinguer ses quatre bières, Laurent Depecker a trouvé une solution : attribuer une couleur à chaque bouteille. Enfin, plutôt sa capsule. Le fushia et le vert sont destinés à ses deux bières fruitées et épicées. Pour sa “blonde”, le jaune semblait aller comme un gant. Et pour la quatrième, la bière de Noël, le rouge est la couleur retenue. Alors, quelle est votre couleur préférée ?

Source : Le Phare Dunkerquois – 4 avril 2018